Mission | Services | Activités | Publications | Adhésion | Professionnels | Petites annonces | Contact
Vivre à Miami
Chiffres et histoire

> Administration française, associations
> Avions, aéroports
> Chiffres et histoire
> Ecoles, garderies d'enfants
> Informations pratiques
> Logement
> Ouragans
> Quitter les Etats-Unis
> Santé
> Sports et loisirs
> Université, Enseignement pour adultes
> Vie quotidienne
> Voiture, Conduite automobile

États-Unis : des chiffres | Quelques grandes dates de l’histoire américaine | Histoire franco-américaine | Élections présidentielles américaines | La Floride : histoire | Miami | Climat : deux saisons | Population française

États-Unis  : des chiffres

Superficie : 9 629 091 km2 (plus de 14 fois celle de la France)
Une fédération d’Etats : 50 Etats, plus Washington (District de Colombie).
Près de 20 000 km de côtes (océans Atlantique et Pacifique).
Deux pays frontaliers : le Mexique et le Canada.
Population : 304 060 000 (2008).
NB - Plus de chiffres : http://www.ambafrance-us.org/fr/franceus/usachiffres.pdf

> Haut de page

Quelques grandes dates de l’histoire américaine
(Source : Encyclopaedia Universalis et Guide du routard)

  • 1492 : découverte officielle de l’Amérique par Christophe Colomb. Il n’a, en fait, découvert que les Bahamas.
  • 1585 : installation de la première colonie anglaise sur l’île de Roanoke.
  • 1607 : fondation d’une colonie à Jamestown (Virginie) par le capitaine John Smith, suivie de près (1619) par la première « importation » d’esclaves d’Afrique.
  • 1620: débarquement du Mayflower à Cape Cod avec 100 pèlerins. Ils fondent la ville de Plymouth.
  • 1776 : le 4 juillet, adoption de la Déclaration d’Indépendance.
  • 1789 : George Washington est désigné premier président des Etats-Unis.
  • 1800 : Washington devient la capitale des Etats-Unis.
  • 1861-1865 : guerre de Sécession.
  • 1865 : abolition de l’esclavage par Abraham Lincoln
  • 1924 : les Indiens obtiennent la citoyenneté américaine..
  • 1929 : Grande dépression, à la suite d’un effondrement boursier.
  • 1941 : attaque de Pearl Harbor par les Japonais qui entraîne les Américains dans la Seconde guerre mondiale.
  • 1946 : début de la Guerre froide.
  • 1949 : création de l’Otan à New York.
  • 1963 : assassinat de Kennedy
  • 1968 : assassinat de Martin Luther King
  • 2001 : attaques terroristes du 11 septembre. Bilan, 3000 morts et autant de blessés.
  • 2003 : déclaration de guerre contre l’Irak.

> Haut de page

Histoire franco-américaine
(Sources : Encyclopaedia Universalis, Le Petit Larousse)

Des relations un peu passionnelles, constituées de hauts et de bas depuis des siècles. En voici quelques exemples.

  • Les colonies françaises en Amérique du nord : Au XVIIe siècle, les Français cherchent à développer leur empire colonial en reliant leurs territoires de Louisiane et du Canada, via la vallée du Mississipi. Dès la fin du siècle, les colons anglais s’inquiètent de cette progression, craignant l’encerclement. Une lutte remportée par l’Angleterre. Rendue à la France en 1800, la Louisiane sera vendue trois ans plus tard aux Etats-Unis par Napoléon Bonaparte.
  • La guerre d’indépendance américaine : une fois la menace française écartée, les colons s’insurgent peu à peu contre le poids des impôts exigés par la couronne britannique. Malgré d’importantes concessions de la part des Anglais, la situation s’envenime : les colons veulent se gouverner eux-mêmes. Ils cherchent donc une puissance maritime avec laquelle s’allier. Ce sera la France, trop heureuse de rendre la monnaie de sa pièce aux Anglais qui l’ont chassée du pays. Rochambeau (Jean-Baptiste de Vimeur de Rochambeau, 1725-1807) et Lafayette (Marie Joseph Gilbert Motier de La Fayette, 1757-1834) sont les artisans les plus connus de la contribution française à l’indépendance des États-Unis. Il existe d’ailleurs une association des descendants de soldats français ayant combattu pour la cause américaine : « Les fils et filles de la Révolution américaine », « Sons of American Révolution » (http://www.sar.org pour l’association américaine et http://www.sarfrance.net pour la branche française).
  • La statue de la Liberté : œuvre de Frédéric Bartholdi, dont la structure métallique est constituée par les ateliers Eiffel. Elle est donnée en 1886 par la France aux États-Unis pour symboliser l’amitié franco-américaine.
  • Guerre de 14-18 : l’engagement des États-Unis aux côtés des Alliés, en 1917, permet le renversement du rapport de force menant à leur victoire.
  • Guerre de 39-45 : 150 000 soldats alliés, principalement Américains sont morts, blessés ou disparus sur le sol de France.
  • Guerre en Irak : en 2003, la France refuse de s’associer à la coalition menée par les États-Unis.

> Haut de page

Élections présidentielles américaines

Tous les quatre ans, les élections présidentielles aux États-Unis durent un an et se déroulent en plusieurs étapes.

  • A partir de janvier : désignation de délégués à l'échelon local lors des caucus et primaires.
  • Durant l’été : les conventions nationales sont organisées pour désigner les candidats et adopter les grandes lignes des programmes politiques.
  • Début novembre : le Président et le Vice-président sont élus au suffrage universel indirect par le Collège des grands électeurs.
  • Le 6 janvier : les résultats sont publiés.
  • Le 20 janvier : Inauguration Day, le Président présente son discours d'investiture au peuple américain.

Les primaires

Pour chaque parti, les différents candidats se déclarent dès le début dans tout ou partie des états. Les candidatures indépendantes sont autorisées (rares à cause du coût).

Les élections primaires désignent dans chaque État les délégués du parti qui se rendront à la convention nationale. Les délégués (3253) s’engagent sur un candidat. Des Super Délégués (795), nommés, peuvent aussi apporter leur soutien à un candidat sans s’engager. Ainsi les élections primaires déterminent-elles le choix du candidat.

Les élections primaires prennent la forme d’un vote qui peut être ouvert à l’ensemble des électeurs qui le souhaitent, semi-ouvert (vote pour un seul parti) ou fermé (réservé aux membres du parti). Le vote « ouvert » permet à un électeur républicain de voter pour la désignation du candidat démocrate (et vice-versa). Dans une minorité d’état, un caucus est organisé ( réunion théoriquement réservée aux membres du parti où les votes se font ouvertement, à main levée par exemple.)

Des élections locales simultanées

En général, les autorités des États organisent plusieurs votes simultanément à l'élection présidentielle : élections législatives fédérales, élections des gouverneurs, élections des représentants à l'assemblée de chaque État, élections municipales, des juges, du chef de la police, du bureau de chaque école, référendums, amendements, initiatives locales, etc.

Les conventions

A la fin de l’été, lors des Conventions, démocrate dans le Colorado et républicaine dans le Minnesota, les délégués choisissent les candidats à la présidence et à la vice-présidence.

Les débats présidentiels officiels sont ensuite planifiés par la Commission on Presidential Debates.

Les Grands Électeurs

Le Président et le Vice-président des États-Unis sont élus par un Collège électoral constitué des 538 Grands électeurs élus au suffrage universel dans chaque état, le mardi qui suit le premier lundi de novembre. (nombre correspondant à celui des sénateurs et représentants de chaque état. Le plus peuplé, la Californie en a 55)

Dans tous les états (sauf Maine et Nebraska), le système électoral donne toutes les voix (« winner takes all ») de l’État au candidat arrivé le premier. Ce qui explique parfois la grande disparité entre les résultats populaires et les résultats des Grands électeurs (élection de 2004).

Financement

Le financement public joue un rôle important dans la campagne présidentielle par le biais de subventions et de prélèvements auprès des contribuables Presidential Election Campaign Fund. Les partis politiques peuvent recueillir des fonds par d'autres moyens (initiatives indépendantes de particuliers ou de groupes).

Structure de l’État américain

> Haut de page

La Floride : histoire

Le nom « Floride » vient de la découverte de cette langue de terre le jour des Rameaux en 1513 – Pascua Florida en espagnol –Ponce de Leon. Repoussés par les Indiens, les Espagnols rentrent chez eux. La première colonie espagnole ne parvient à s’installer sur ces terres hostiles, infestées d’alligators et de moustiques qu’en 1559.

Les premiers français à s’installer en Floride sont les Huguenots, en quête d’une terre d’asile à la suite des persécutions dont ils sont victimes en France en 1562, et fondent Fort Caroline.
Mais les Espagnols ne l’entendent pas ainsi. Avec l’amiral Menendez à leur tête, ils exterminent tous les hommes de la ville. Menendez, décidé à réussir là où ses compatriotes avaient échoués, fait naître St Augustine (la plus ancienne ville des États-Unis).

1763, les Anglais envahissent l’Amérique du Nord ainsi que La Havane, capitale du Nouveau Monde pour les Espagnols. Ces derniers négocient donc : Cuba aux Espagnols et la Floride aux Anglais.

1783, les Anglais rendent la Floride aux Espagnols en échange des Bahamas.

1819, après 2 ans de guerre contre ses voisins américains (1e guerre séminole), les Espagnols négocient la Floride contre la paix au Texas. En 1835, c’est la 2e guerre séminole, avec pour but d’exiler les indiens en Oklahoma.

1845, la Floride rejoint l’Union Américaine et devient le 27ème État.

1861, la Floride (dont la moitié de la population est constituée de descendants d’esclaves) est le 3ème État à faire sécession.

1868, après avoir livré une bataille acharnée contre les Nordistes, l’État est finalement obligé d’abolir l’esclavage et accorde le droit de vote aux hommes noirs, ce qui lui permet de réintégrer l’Union.

Fin 1880, la Floride croule sous les dettes. Son gouverneur, William Bloxham (dit « Slippery Bill ») remet sa trésorerie à flot en persuadant H. Disston (riche industriel de Philadelphie) d’acheter 1,5 millions d’hectares de marécages à 50 cents l’hectare. Après avoir revendu la moitié de son gigantesque terrain, Disston décide de défricher et d’assécher la moitié restante et d’y implanter la canne à sucre.
Cependant, les transports restent difficiles : le train ne s’étant développé que dans la partie nord de l’État et sur de petites distances. Seul le bateau à vapeur dessert le Sud, mais reste dangereux du fait des barrières de sable et de corail dans les lagons. Heureusement, deux hommes aux rêves extravagants pour l’époque, décident d’amener le train jusqu’au sud de la Floride : Henry Plant et Henry Flagler. Plant modernisent la côte ouest en construisant l’Atlantic Coastline Railway qui va de Richmond (Virginie) à Tampa. Henry Flagler, quant à lui, crée la Florida East Coast Railroad qui atteint Miami en 1896 et Key West en 1912. Leurs aventures sont longues et parsemées d’embûches (terres peu hospitalières, cyclone, contraintes financières, etc.), mais leur volonté ne fléchit pas.
Pendant ce temps, la Floride se dote de gouverneurs dynamiques, tel Napoléon Bonaparte Broward qui met en place une structure éducative, un réseau routier, réglemente le chemin de fer, entre autres.

> Haut de page

Miami

- Plus de 2 402 208 (2006) d’habitants dans le comté de Miami Dade
- 35 municipalités
- 60,6% de la population est d’origine latine.

Son nom : avant la colonisation, le sud de la Floride était peuplé par les Indiens Mayimi. La prononciation anglo-saxonne et le temps ont transformé ce mot en Miami.

Dans les années 20, un milliardaire d’Indianapolis, Carl Fisher, fait jaillir Miami Beach et Key Biscayne des marécages afin de passer l’hiver au soleil (grande mode depuis l’extension des réseaux ferrés jusqu’au Sud de la Floride), pendant que Georges Merrick dessine les plans de Coral Gables.

La Grande dépression freine ces élans, et donne naissance à un nouveau style architectural, à la fois austère et baroque, qui reflète la crise et le mal de vivre de l’époque, mais qui représente aussi l’espoir d’un futur meilleur : le style Art-déco.

Dans les années 1950-60, Miami attire les stars et les cubains fuyant le régime castriste. Ainsi, s’est imposée la langue de Cervantès au détriment de celle de Shakespeare.

Avec plus de 2 millions d’habitants, Miami est devenue une capitale économique (premier centre d’affaires des USA pour l’Amérique du Sud). On parle même de « portail » vers l’Amérique du Sud et plus tristement de plaque tournante de la drogue.

Le quartier de South Beach (dit So-Be ou Art-déco), a été sauvé par Barbara Capitman qui fonde la Miami Design Preservation League en 1976. Après une « guerre » acharnée de 3 ans contre les promoteurs, elle réussit à faire classer 1 mile carré de ce quartier au National Register of Historic Places. Malgré cela, les promoteurs reviennent à la charge dans les années 80-90. La vigilance de « surveillants bénévoles » a permis de sauver une fois de plus ce quartier des gratte-ciel, bien plus rentables que les hôtels de charmes aux couleurs pastels que l’on connaît.

> Haut de page

Climat : deux saisons

De juin à octobre  : la saison humide. Les pluies y sont abondantes, voire très abondantes et l’humidité frôle les 100% ce qui donne une impression de chaleur étouffante. Le thermomètre oscille entre 25 et 33 °C. C’est la période des ouragans (voir chapitre spécifique).

De novembre à mai  : la saison dite sèche. C’est la plus agréable. Les pluies sont peu fréquentes. Le thermomètre affiche des températures entre 18 et 25 °C, avec quelques nuits « froides » (environ 10°C) de décembre à février.

> Haut de page

Population française

A peu près 12 000 Français sont enregistrés au Consulat. On estime que le nombre réel de Français en Floride atteint au minimum le triple.

> Haut de page

 

© 2003-2011 Miami Accueil information@miami-accueil.org